Rien de mieux que les propres mots de l'auteur elle-même pour décrire Juliette et je vous invite à suivre le lien ci-dessous pour lire son auto-biographie avec laquelle elle préface le tome 3 de la série Marianne "Jason des quatre mers" en 1971 :

Voici donc maintenant une fiche technique de l’auteur :  (Ci-dessous une carte de Paris avec les repères 1 à 5 de mon texte)

Son père Charles-Hubert Mangin, était un industriel d’origine lorraine et sa mère Marie-Suzanne Arnold 

Juliette Benzoni est née Andrée-Marguerite-Juliette Mangin,

le 30 Octobre 1920 à Paris,

avenue de la Bourdonnais.

était champenoise avec des origines alsacienne et suisse. Elle vécut essentiellement dans le

quartier de Saint Germais des Près, au 12 de la rue des Beaux-Arts, dans la maison où vécut Mérimée, 

Corot et Ampère et en face de la maison où Oscar Wilde est mort (en 1900 à l’hôtel d’Alsace au n°13).

Et c’est à l’âge de 15 ans que ses parents déménagent à Saint-Mandé au bord du Bois de Vincennes et de son Zoo !

Elle est allée tout d’abord au Cours Désir  puis au lycée Fenelon, rue de l’Eperon .

C’est au Collège Hulst, rue de Varenne, qu’elle passera son baccalauréat!

Et elle obtiendra enfin une licence à l’Institut Catholique

Elle épousa en 1941 le docteur Maurice Gallois, partie vivre à Dijon où elle écuma les bibliothèques pour connaître l’Histoire de cette belle Bourgogne.

Elle aura 2 enfants Anne et Jean-François. Mais son mari mourut en 1950, la laissant veuve à 30 ans. 

Elle partit au Maroc dans sa belle-famille et y rencontra alors le colonel André Benzoni qu’elle épousa en 1953.

De retour à Paris, elle devient journaliste-historienne, notamment rédactrice pour 
« Le Journal du Dimanche » de 1953 à 1956, dans « Confidences » à partir de 1962 et
a écrit régulièrement dans « Histoire pour tous » d’Alain Decaux.  – voir quelques-uns de ses articles en page « Juliette Journaliste ».  

Elle habite toujours Saint-Mandé où son mari fut maire-adjoint jusqu’à sa mort en 1982.

Quelques photos de cette petite ville au bord de Paris, face au bois de Vincennes :

Elle aimait la lecture, la musique, la voile … et la cuisine ; l’Histoire, l’Art sous toutes ses formes, les vieilles demeures et les pierres brutes. Elle se reconnaissait comme signe distinctif : catholique et myope !

Qui avait-il dans la bibliothèque de Juliette ?   

Les collections – je pense complètes ou presque – d’Agatha Christie, d’Anne Perry et d’Anthony Morton (pseudonyme de John Creasey pour la série des « Baron »). Ne vous étonnez plus si Juliette prennait un « vif plaisir » à écrire sa série Morosini (ses propres mots, tirés de l’interview « Les 12 Questions de Mistral ») 

  • a publié en moyenne 2 livres par an depuis 1962, le dernier et 86ème est sorti en janvier 2016 chez Plon quelques jours avant de nous quitter

  • plus de 50 millions de lecteurs à travers le monde

  • plus de 300 millions de livres vendus en France et à l’étranger

  • traductions en 28 langues différentes dans au moins 34 pays différents 

  • a reçu le Prix Alexandre Dumas en 1973

  • est fondatrice du Trophée Alexandre Dumas (le gagnant remportait alors une épée!)

  • a reçu la médaille d’argent du Trophée Louis Barthou de l'Académie Française en 1988 pour « Félicia au soleil couchant » (volume 3 des Loups de Lauzargues)

  • a reçu le prix « Littérature et Tourisme » en 1986 pour le tome 2 « Le roman des châteaux de France »,

  • a reçu en janvier 1998, les insignes de Chevalier de l’ordre national du Mérite (4ème des décorations françaises

Le 31 Octobre 2009 puis le 27 Février 2010 , La « Mistral/JouJou Connection » a eu l’immense honneur de rencontrer notre chère Juliette - Venez découvrir les comptes-rendus de ces extraordinaires événements ICI

Juliette nous a malheureusement quitté le 7 février 2016, dans sa maison à Saint-Mandé. 
Elle s’est doucement éteinte dans son sommeil à 95 ans, sa fille Anne à ses côtés.
Elle va nous manquer, il nous reste une énorme bibliographie écrite en 54 ans ans de carrière et remplie de 86 livres à lire et relire. 
Elle restera à jamais avec nous à travers la lecture de ses œuvres.

Mon dossier spécial