Ce lieu regroupe tout ce qui est lié aux dédicaces : les dédicaces de Juliette dans ses livres

mais pas seulement... 

À qui Juliette a dédicacé ses livres :
Catégorie "Les séries"

Vers la page précédente (dédicaces recueils et romans)

Vers la page suivante (dédicaces Aldo Morosini)

À mes amis,

Colette et

Robert-André Vivien

Juliette rencontre le couple grâce à son mari, André Benzoni. Lui et Robert-André Vivien font partie de l'équipe du sénateur Jean Bertaud. Les deux hommes  fait partie des conseillers municipaux de Saint-Mandé lors que le sénateur en devient le maire. Plus tard Mr Benzoni sera adjoint tandis que Mr Vivien finira par former sa propre liste (Juliette en fera même partie aux élections de 1977 - voir page précédente) et remporta la mairie en 1983.
Juliette et Colette sont restées amies jusqu'au bout. En bonus, un petit article où le journaliste rencontre les  deux femmes.

À Michèle et

Jacques Morice

À tous ceux, à toutes celles qui ont aimé Catherine, Marianne et le Gerfaut … 

Avec toute mon amitié J.B

C'est à dire vous tous, nous tous, ces chers et fidèles lecteurs ! Juliette a eu (et possède toujours) un lectorat fidèle et inconditionnel et c'est grâce à lui qu'elle eut la carrière qu'on lui connait : 54 années prolifiques et 86 ouvrages à lire et relire avec autant de plaisir.

À Marion Sarraut  avec beaucoup d'amitié

À Catherine Jurquet avec tout autant d'affection

Les années 80, c'est pour Juliette les  adaptations télévisées de 4 de ses séries. Aux commandes Marion Sarraut à la réalisation et Catherine Jurquet à la production - Rendez-vous en page PRESSE des SERIES TV pour lire une tonne d'informations concernant cette collaboration entre femmes et une amitié qui perdurera après les tournages.

Extrait d'un article dans TéléStar que vous pouvez voir dans son intégralité en page Presse (lien ci-dessus) :

"Un autre metteur en scène que Marion, je n'en veux pas." Juliette est aux anges. Depuis deux ans, elle caracole de repérages en tournages, ravie de voir se matérialiser ses rêves d'écrivain.

A Jean des Cars qui a réveillé ma passion

des grands trains,  j’ai dédié Les Dames du

Mediterranée-Express avec amitié et gratitude

Benzoni_Medaille_Merite_photos (11).jpg

Jean des Cars est un journaliste pour des quotidiens et magazines tels que Paris Match, Le Figaro et Jours de France. C'est un biographe et écrivain. Il est l'auteur de nombreux ouvrages de vulgarisation historique sur les grandes familles de la noblesse européenne, et notamment des familles de Habsbourg, des Grimaldi et des Windsor. Il est également l'auteur d'une demi-douzaine de livres sur les trains célèbres et d'un Dictionnaire amoureux des trains.

Il ne manquait jamais de lui envoyer ses derniers ouvrages dédicacés, il était présent lors de sa remise de la Médaille du Mérite et il fut l'un des rares confrères de Juliette présent à ses obsèques.

À Elisabeth Gille, sans qui ce livre ne serait pas,

ainsi qu’à mes amis du Québec et à ceux du Cotentin..

Avec Tendresse….

Élisabeth Gille était une traductrice, directrice littéraire et écrivaine française. Juliette la rencontre alors qu'elle est directrice littéraire chez Julliard
Extrait de la génèse de la saga des Treize Vents :

Et puis, il y eut... Le train de Brive-la-Gaillarde. Ah oui ! Le train de Brive dont on peut se demander, à première vue, ce qu’il vient faire là-dedans.

Mais il faut dire que ce n’est pas un train comme les autres. C’est sans doute le plus gourmand, le plus convivial, le plus amusant aussi que je connaisse parce que c’est le train du Livre.

Chaque année vers la fin du mois d’octobre et à l’invitation d’une municipalité chaleureuse, éditeurs, écrivains, attachés de presse et presse tout court, écrite ou télévisée, s’y entassent joyeusement et, pendant les quatre heures que dure le voyage, y dégustent dans un suite de wagons-restaurants toutes les spécialités corréziennes arrosées avec générosité. C’est une vrai fête à laquelle on ne renonce pas facilement.

Cette année-là – c’était en 1990  et j’écrivais encore les Dames du Méditerranée-Express – je partageai la table d’Elisabeth Gille, alors directrice littéraire de Julliard. C’est je crois bien, entre le confit de canard et la fricassée de cèpes qu’Elisabeth ouvrit le feu :
« Vous devriez écrire une grande saga familiale. »

Ce n’était pas vraiment mon avis. En fait, j’étais franchement angoissée. Surtout quand, ayant demandé comment elle l’entendait on m’a proposé à titre d’exemple deux séries archi-célèbres : l’une en six volumes et l’autre en seize. Je ne me souviens plus très bien de ce que j’ai répondu mais je ne me sentais pas au mieux. Non, parce que la perspective d’une longue histoire me faisait peur : à de rares exceptions près, je n’ai jamais rien fait d’autre, mais, ayant l’habitude de bâtir un roman autour d’un seul personnage et dans un laps de temps n’excédant pas vingt ans, je n’envisageais pas sans une sérieuse inquiétude d’enchaîner les unes aux autres les existences de plusieurs héros et héroïnes dont le nombre pouvait disperser l’intérêt et nécessiter une documentation géante. Or, j’ai toujours fait moi-même ce gros travail d’étude que je trouve d’ailleurs passionnant.

secret01 (1).jpg

À la mémoire de la princesse Isabelle de Broglie

qui a montré le chemin. 

Romancière et historienne, née en 1912, décédée en 1960
Plusieurs ouvrages de l'auteur :

  • Le traité de Westphalie (1942)

  • Maldonne (1944)

  • Le val sans retour (1950)

  • Le Duc de Beaufort (1958)

51yzw8s7OwL._SX340_BO1,204,203,200_.jpg
jeu01 (1).jpg

À Christian de Bartillat,

en affectueuse complicité

Bartillat.jpg

A la fermeture de Trévise, Juliette fait un passage dans

la maison d'édition de Christian de Bartillat, il récupère

au passage les droits des recueils de nouvelles.

Juliette publiera un recueil en 1992 "100 ans de vie de châteaux" et son roman 'De deux roses l'une" en 1997 avec lui, puis avec sa fille Constance le recueil "Les reines du Faubourg" en 2006

jeu01 (3).jpg
michèle_lorin.jpg

À Michèle Lorin dont les travaux sur la mystérieuse

comtesse m’ont été plus que précieux.

Affectueusement.

chevalier01 (1).jpg

À la mémoire de Baudouin IV,

le jeune Roi lépreux qui fut le plus 

pur héros du Royaume franc de Jérusalem

En parlant du 1er tome de cette série avec Juliette, elle m’a alors avoué regretté ce titre de « … ou la Croix perdue ». Elle aurait préféré après coup l’appeler « Thibault et le Roi Lépreux ». Grâce à la sortie de l'intégral de la série chez Plon en 2018, le 1er tome porte maintenant ce titre "Le Roi Lépreux" en hommage au regret de Juliette !

Intégral Chevalier.jpg
chevalier01 (3).jpg

À ma fille Anne,

ma si précieuse collaboratrice

En 2003, c'est le 3ème livre qu'elle dédie à sa fille après "Dans le lit des rois en 1983 conjointement avec son grand-frère "Jeff" et "Les émeraudes du prophète", la 1ère suite des aventures d'Aldo en 1999 - une dédicace par décennie !
Depuis la disparition de Juliette, tous les trésors partagés sur ce site sont dus à la générosité d'Anne et je la remercie énormément.

sang01 (2).jpg

À Marie-Claire Pauwels
dont une jolie aïeule eut pour le maréchal

des « bontés »  qui font d’elle une lointaine cousine de George Sand …

Marie-Claire Pauwels (3 septembre 1945 à Paris1 - 22 mai 2011) est une journaliste française. En avril 1980, elle lance le magazine Madame Figaro dont elle devient la première rédactrice en chef et reçoit le prix Roger-Nimier en 2003 pour son ouvrage autobiographique Fille à papa (Source Wikipedia)

Vers la page précédente (dédicaces recueils et romans)

Vers la page suivante (dédicaces Aldo Morosini)